esenfr

Samboal

Samboal

Samboal est une commune formée par les centres de population appartenant à la Communauté de Villa et Terre de Cuéllar: Narros, situé dans la région « Carracillo » et Samboal situé dans « Tierra de Pinares ».

Environnement:

La forêt de pins:

Deux types de pins composent cette immense masse forestière: le pin pignon (pinus pinea) et le pin resinero ou le negral (pinus pinaster). Le premier est le moins abondant et fournit des pignons de pin aux sociétés de collecte de la région. La seconde est la plus nombreuse et a été utilisée pour l'extraction de la résine transformée dans l'industrie locale (obtention de la térébenthine et de la colophane). La forêt de pins est le site de nombreuses espèces animales: lapins, écureuils, loirs, blaireaux, sangliers, lapins ... et toutes sortes de proies (cerfs-volants, busards, faucons, voies d'accès, autours, busards ...), corvidés (pies, corbeaux, corneilles, pies) et d'autres oiseaux: pigeons, tourterelles, huppes, pics, mésanges, mésanges, sittelles, Shrike, hulottes, hulottes ... Parmi la faune nous loups mention défunte et le cerf comme habitants des forêts épaisses.

La rive:

La végétation se compose de différentes variétés de peupliers et de peupliers, mais aussi d'arbres fruitiers, de frênes et d'une multitude de buissons. Bien qu'il soit sur les pentes des cours d'eau, entre le niveau de peupliers et de pins, où la variété végétale est plus varié et surprenant avec des variétés à feuilles caduques qui profitent de l'abondance de l'eau sous forme de ressorts, qui coule du pin aux rivières. Les berges des rivières sont le lieu des renards, sangliers, lapins, mais aussi les canards, les hérons, les rouges-gorges, merles, bergeronnettes, rossignols, martin-pêcheur, pinsons, Cliquet, guêpiers, pitorreales, loriots ... donnant Ces espaces ont un son et une couleur uniques.

Sentier de randonnée à Samboal:

Il commence par prendre la route de Fuente el Olmo qui quitte Samboal à l'extrémité nord de la route SG-342. Dès que nous surmontons les navires, nous prenons la route sur la gauche. Juste avant d'arriver au cimetière, à côté d'un petit lagon nous prenons la route sur la droite. Nous allons au bord de la forêt de pins où se détachent les sommets de quelques peupliers. Nous tournons sur le chemin à notre gauche et quand nous atteignons une fourchette, nous continuons à travers les pins sur le chemin vers la droite. Nous laissons sur notre gauche une autre branche de la route qui vient du cimetière et un grand pin de pierre sur notre droite.

Nous sommes arrivés au pont sur la rivière Pirón et avant de le traverser nous avons trouvé un grand pin en pierre sur la rive droite de la route à Fuente el Olmo, ce pin centenaire est représentatif de l'identité graphique de cette municipalité. Nous traversons le pont laissant l'asphalte par la route qui sort à côté de la clôture de la zone de loisirs. Nous avançons vers une nouvelle fourche et à partir des deux voies les plus balisées nous prenons celle de gauche. Nous passons une vieille peguera, tandis que quelques rangées de pins nous séparent de la plaine fertile de Pirón. Au croisement de plusieurs tours, nous continuons tout droit. Sans quitter la pinède et sans perdre de vue la berge, nous arrivons à une autre fourche et nous tournons à gauche.

Un requiebro de la route nous approche aux saules et aux peupliers de la banque et sans s'éloigner d'eux nous sommes arrivés au pont de fer. Nous l'avons traversé avec une extrême prudence et à la fin de la suppression des peurs nous prenons la route qui va vers Samboal parallèle à la route. Nous continuons jusqu'à ce qu'il traverse la route qui nous conduit à la ville où nous sommes entrés du sud.

Célébrations:

Noyau de Samboal:

  • San Baudilio, le 20 de mai est célébré.
  • Virgen del Carmen, le 16 de Juillet est célébré.

Noyau de Narros:

  • La Purísima, la 8 de décembre est célébrée.
  • San Marcos, le 25 d'avril est célébré.

Église paroissiale de Samboal

L'église paroissiale de Samboal, avec San Andrés de Cuéllar, l'exposant maximum de l'architecture en brique de Ségovie. La beauté de son intérieur, dans lequel les arches fajones génèrent un rythme d'arc voltaïque et le traitement des chapelles intérieures est inégalée. C'est dans ces chapelles que l'on peut percevoir, de manière absolue, le degré de beauté atteint par un matériau aussi humble que la brique et que l'on peut sentir les possibilités qu'aurait eu cette architecture si elle ne s'était effondrée avec le gothique.

L'église est d'une seule nef très courte, avec une tête de lit extraordinaire terminée dans une abside semi-circulaire. Le navire obéit en lignes générales, une reconstruction baroque, mais dans son jour était plus long, comme peut être détaché des restes du mur visible même dans les jardins qui sont sur la façade occidentale.

Il est possible qu'au début, une église à trois nefs ait été prévue, sinon les portes ouvertes sur le mur ouest des chapelles du transept n'auront pas de sens. Une autre hypothèse serait l'existence de deux atriums sur les côtés nord et sud, qui, bien que rares dans le roman de Ségovie, à l'extrémité orientale de laquelle s'ouvrent les chapelles précitées.

Une fois franchie la couverture actuelle apparaît le navire, large et couvert par une voûte de demi-canon. Le navire est très clair, mais le regard est attiré par la présence des arches fajones de la tête qui s'étendent dans les côtés aveugles qui traversent les murs.

Cette partie commence par une arche de triple fil et un demi-point, tournée de la même manière que les autres sur les impostes de nacelle, qui s'étendent jusqu'aux parois du lac et à l'abside et sert de point de départ aux voûtes. En cela et ortho-fajon, de configuration identique, une section rectangulaire s'étend, sur les côtés duquel s'ouvrent des chapelles carrées qui donnent lieu à une croisière qui est entrée par des couvertures de six fils de brique. Ils sont presque carrés dans le plan, couverts par des voûtes arquées.

Suivez la section droite de la croisière une autre subdivisée tour à tour en deux par un fajón plié. Les murs sont renforcés par des arcatures aveugles. La courbure de l'abside commence avec un arc triple-fileté.

À l'extérieur la tête est commandée avec abside selon les modèles cuellaranos. Deux étages d'arcs aveugles dans la section droite et trois dans la courbure, qui génèrent un polygone à onze côtés. Ceux de la section droite sont séparés par des arêtes sardinel et des impostes. La tête entière repose sur une base de maçonnerie et de miroir, qui à son tour est faite sur une base calicanto forte.

Sur la chapelle du côté sud se dresse un corps auquel on accédait par une porte, aujourd'hui suspendu à l'extérieur sur un mur, et sur le côté nord de la tour, calicanto dans la partie inférieure et brique dans la partie supérieure.

Les quatre façades du beffroi montrent deux fenêtres au premier étage, deux autres au deuxième étage avec des haches et délimitées par l'alfiz et quatre sur le troisième également avec l'alfiz. Le premier corps de la seconde sépare une bande de brique en coin et ce tiers d'une frise de briques à sardinel.

Texte tiré de la publication de JOSÉ ANTONIO RUIZ HERNANDO intitulé L'ARCHITECTURE DE LA BRIQUE DANS LA PROVINCE DE SEGOVIA XII ET XIII SIECLES

Monastère de San Boal de Caciello de Pinar

Situé dans la province de Ségovie, non loin de Cuellar, ce prieuré est peut-être le plus important qui a été gouverné pendant des siècles par les moines de San Isidro de Dueñas. Selon les auteurs bénédictins, son origine remonte à une grande antiquité. C'est l'un des nombreux monastères qui ont prospéré avant la chute de l'Espagne entre les mains des musulmans, qui l'ont détruit et n'ont jamais retrouvé une nouvelle vie tant que le territoire n'a pas été reconquis par les chrétiens:

"Le monastère de San Baudulo est ce que nous appelons aujourd'hui San Boal del Pinar, qui est très ancien, et nous ne connaissons pas le début de sa fondation." P. Yepes, Chronique de l'Ordre de San Benito, oc, tome IV, fol. 206 v.

Le chroniqueur Argáiz précise plus les termes et le fait avant l'invasion agarena:

"J'ai aussi le temps du monastère des Goths et cela a fini pour l'instant, celui de San Boal del Pinar, parce qu'ils ne connaissent pas leurs principes. Il est à côté de la ville de Cuéllar. "Argáiz: Soledad Laureada, Madrid, 1.675, volume I, fol. 305, v., Col. 2

Il y a aussi une histoire qui relie Samboal à une bataille que les chrétiens ont gagnée contre les musulmans pour le commandement de la place Medina del Campo. L'historien Ossorio fait remarquer que la documentation recueillie dans le même monastère de San Boal, pour l'année 736 quatre dirigeants de Medina del Campo, étaient responsables de la publication de ce lieu, la conclusion d'escarmouches le 20 mai avec une victoire retentissante sur les Hagrites . C'est ce que les voisins de Medina del Campo a décidé d'aller en procession à San Boal, monastère dédié à San Baudilio, qui est célébrée le mai 20

San Baudilio:

Martyr de la foi chrétienne qui a souffert le martyre dans la ville de Nîmes au temps de Julien l'Apostat. Après avoir distribué parmi les pauvres le patrimoine qu'il avait hérité de ses parents; Euberto, son professeur, l'évêque d'Orléans, lui accorda le sous-diaconat, lui confiant le soin des catéchumènes. Ému par un ardent zèle chrétien, il se présenta à une fête où les païens se sacrifièrent à Nîmes et y prêchèrent la religion du Christ et firent une exhortation à la réception du baptême. Avec une agression brutale, il a été renversé et sa tête coupée avec une hache. Les chrétiens l'ont enterré en dehors de la ville. Depuis les temps anciens, il a reçu la vénération généralisée des fidèles.

Votre fête est le 20 mai.

Fondation San Boal

Le document fondateur, accordé par Don Pedro Ansúrez dans 1.112, place sa juridiction entre les mains des moines de San Isidro de Dueñas. De lui nous sélectionnons les clauses principales:

« Moi, le comte Pedro Ansúrez, avec ma femme la comtesse Doña Eilo, par crainte de l'enfer, l'horreur du jugement et de l'amour de Dieu, donne à Dieu et l'Eglise du bienheureux Pierre de Cluny et l'Eglise San Isidoro Martyr, quelle église est située à côté du château appelé Dueñas, entre les rivières Pisuerga et Carrión: le monastère de San Baudilio de Carracielo leurs terres, à leurs conditions et leurs effets personnels, pin ... etc., les suppliant de ne pas oublier de prier pour nous. Il paie dix mille d'or. " Mme 720 de la BN De Madrid, doc. Non 31

Il est fait l'acte de donation en 1.150 était 1.112 année de notre Seigneur, règne en Espagne Doña Urraca, fille d'Alphonse VI; et signature D. Bernardo, archevêque de Tolède, Pedro, évêque de Palencia, et les comtes D. Pedro Ansúrez et son épouse Doña Eilo, Comtes de Monzon, ainsi que de nombreux des personnages les plus influents de Castille.

Église paroissiale:

Au cœur de Narros de Cuéllar est l'église paroissiale de Nuestra Señora de la Concepción qui met en évidence le beffroi du beffroi. Au nord du village se trouve sur une petite colline chapelle romane mudéjar de San Marcos dispose d'une boiserie impressionnante et une façade en briques mudéjar intéressante, formée par un arc de fil triple se termine par une frise esquinillas sur le dessus.

Ermitage de San Marcos:

Il a été construit entre les XIIème et XIIIème siècles, et son usine correspond à ce qu'on appelle le roman mudéjar si caractéristique dans la Terre de Pinares. De sa construction d'origine il conserve deux couvertures en brique, ainsi qu'un magnifique plafond à caissons mudéjar.

C'est un bâtiment de petites dimensions, une nef unique, une tête plate et deux couvercles évasés. Le plafond à caissons est situé à la tête du temple, et se compose d'une paire et d'une couverture d'articulation avec des cornes plates, décorées de motifs géométriques.

sites_of_interes.jpg