El Henar demandera une année jubilaire pour le 400e anniversaire de la fête de la Vierge

El Henar demandera une année jubilaire pour le 400e anniversaire de la fête de la Vierge

Après un mois de septembre intense, avec la célébration de la grande fête de la Virgen del Henar et El Henarillo, le sanctuaire se prépare maintenant à faire face à d'autres initiatives dans lesquelles il tentera de le valoriser comme le lieu marial qu'il est.

Bien que le passé ait été un été très atypique dû principalement à la crise sanitaire et à l'impossibilité de célébrer la procession de la Vierge, entre autres, il a également été riche en nouvelles, comme l'arrivée des Sœurs Samaritaines du Cœur de Jésus, qui depuis juillet, ils sont à la tête du lieu, après le départ des carmélites qui depuis près d'un siècle en assurent la gestion; et celle du nouveau recteur, Carlos García. Tous ont affronté les festivités du Henar avec beaucoup d'enthousiasme et, malgré l'incertitude sur les mois à venir, ils préparent déjà de nouveaux projets.

Cela a été annoncé par le recteur, soulignant que l'année prochaine marquera le quatrième centenaire de l'octroi de la fête de Notre-Dame de Henar. C'est le 9 août 1621 que le pape Grégoire XV accorda la célébration d'un festival annuel en l'honneur de la Virgen del Henar pour le dimanche le plus proche de San Mateo, un onomastique célébré chaque 21 septembre. Avec cela, diverses indulgences ont également été accordées, certaines perpétuelles, telles que la plénière, des premières vêpres jusqu'au coucher du soleil du festival, et d'autres temporaires.

La fixation définitive de la date du pèlerinage pour le dimanche précédant le jour de San Mateo a été décidée en 1849 et même aujourd'hui elle le reste sur le calendrier. La fête de la Vierge commence à être célébrée quelques jours avant, avec le développement de la neuvaine du matin et du soir. La veille du festival est célébré le Rosaire des flambeaux, qui remplit la prairie et les abords du sanctuaire de bougies, tandis que le dimanche, jour central du festival, la messe de campagne est présidée par l'image de La Vierge suivie de la procession à travers la prairie, des actes qui cette année n'ont pas pu être réalisés en raison de la pandémie de covid-19. «Cela fait 400 ans, il faut faire quelque chose», dit le recteur du sanctuaire, soulignant que le Saint-Siège va être invité à développer une année jubilaire, une question sur laquelle on travaille déjà.

Ce n'est pas le seul projet, puisqu'en 2022 aura lieu le 50e anniversaire du couronnement canonique de l'image de la Vierge. «Des défis très considérables nous attendent et nous aimerions y impliquer toute la région», déclare García, en désignant d'abord le diocèse de Ségovie, «qui sera pleinement engagé», mais aussi le reste des diocèses de Castilla y León, puisque la Vierge du Henar compte avec de nombreux fidèles en tous les points de la communauté; et même les autorités civiles. "Je crois que ce sera quelque chose qui encouragera également grandement l'Espagne à se vider de nos peuples", a déclaré le recteur.

L'initiative et le développement à la fois de l'année jubilaire et de la célébration du couronnement canonique peuvent également être une promotion pour toute la région, alors "nous sommes très heureux de le déplacer", a déclaré le recteur, soulignant que la communauté des sœurs Les carmélites du Cœur de Jésus comme lui disent clairement qu'ils veulent être dans la continuité de ce qui a été fait ces dernières années par les Pères carmélites. García a remercié les carmélites pour leur travail, assurant qu'ils manquent dans le sanctuaire et que "de notre part il y a une grande affection et une grande gratitude", notant également qu'ils n'ont pas l'intention de mener de nouvelles actions, mais de se placer dans un ligne de continuité et d'évolution, «pour suivre ce qu'eux aussi auraient fait s'ils étaient restés ici dans le sanctuaire».

Le couronnement canonique de l'image de la Vierge d'El Henar a eu lieu le 25 juin 1972, lors d'une cérémonie solennelle qui s'est tenue dans la prairie du Sanctuaire et qui a eu la participation d'environ 50.000 XNUMX personnes, selon le carmélite Père Balbino. Velasco dans l'un de ses écrits. L'image a été couronnée par l'archevêque de Valladolid, Félix Romero Menjíbar, qui était accompagné de plusieurs évêques des diocèses voisins et de plus d'une centaine de prêtres qui ont concélébré l'acte.

Sanctuaire marial
Parmi les prochains projets, il se trouve donner une grande importance aux festivités de la Vierge, en tant que sanctuaire marial qu'est Henar et ainsi continuer «petit à petit dans cette continuité.

Depuis leur arrivée l'été dernier, tant les carmélites samaritaines que le recteur se sont sentis très bien accueillis par la communauté pieuse de Notre-Dame. Désormais, ils vont tenter de revitaliser le sanctuaire «car il est vrai que le Henar offre de nombreuses possibilités. Il a un potentiel spirituel et culturel de premier ordre ", a déclaré García, soulignant que la Virgen del Henar, également appelée la Fleur de Castille, est le sanctuaire marial le plus influent de Castilla y León," celui qui rayonne le plus dans les diocèses castillans. leonesas, »fit-il remarquer. Non seulement les habitants des provinces de Ségovie (où il se trouve) ou Valladolid (où il compte un grand nombre de fidèles) viennent sur place, mais aussi ceux de Palencia, Burgos, Soria ou Zamora.

Aussi chaque été et à différentes périodes de vacances, viennent des habitants de la région qui ont émigré dans différents endroits comme la Catalogne, le Pays basque ou l'Andalousie, ce qui «n'est plus à partir de maintenant, c'est toujours. Aux XVIIIe et XIXe siècles, les pèlerinages au Henar étaient massifs et venaient de toute la Castille, elle était sa Vierge bien-aimée », a déclaré le recteur.

source: Au nord de Castilla Segovia