Esteban Vicente et Patricia Azcárate sont dans les salles du Musée d'art contemporain, dans le cadre de l'exposition 'De lo inefable' parrainée par la Diputación

Esteban Vicente et Patricia Azcárate sont dans les salles du Musée d'art contemporain, dans le cadre de l'exposition 'De lo inefable' parrainée par la Diputación

Le Conseil provincial continue de parier sur la promotion d'une culture sûre et cet après-midi, avec le Musée d'art contemporain Esteban Vicente, inaugurera, avec un acte qui sera retransmis en direct, à partir de 19h00, à travers le web et les réseaux social, l'exposition «De lo ineffable. Esteban Vicente vu par Patricia Azcárate ', qui, parrainé par l'institution provinciale, lance le projet' Esteban Vicente vu par ... '. Cette initiative, qui vise à être projetée dans le temps, comme l'a déclaré le président de l'institution provinciale et président du Consortium des musées, Miguel Ángel de Vicente, dans la présentation aux médias, qui a eu lieu ce matin, concerne Reliez et réinterprétez le travail de l'artiste de Turega avec celui d'un artiste invité de Ségovie, dont le travail a des points de convergence avec la pensée artistique d'Esteban Vicente lui-même.

L'une des raisons qui font de Patricia Azcárate, madrilène vivant à Ségovie depuis près de trois décennies, l'artiste idéale pour démarrer ce projet est peut-être la relation que les deux entretiennent avec la nature et le paysage qui les entoure en tant que stimulant créatif. De plus, comme l'explique Ana Doldán, directrice du Musée, dans la présentation du catalogue de l'exposition, Esteban Vicente et Patricia Azcárate "créent par un besoin inné de découvrir quelque chose; par une impulsion de recherche interne dans laquelle les formes sont ils les trouvent quelque part et l'artiste voyage intérieurement vers eux pour les capturer et les exprimer à travers son travail », ce qui se reflète dans une exposition qui relie respectueusement la couleur, la forme et la texture. Pas en vain, Miguel Ángel de Vicente a remercié Patricia Azcárate, et en référence à ce lien respectueux, "son courage d'accepter le défi avec une telle fidélité, non seulement envers Vicente, mais envers elle-même" et l'a félicitée pour "le subtil manière de relier son travail à celui d'Esteban Vicente, permettant une lecture ouverte et non forcée des deux langues ".

Le long de trois espaces définis, «De lo ineffable. Esteban Vicente vu par Patricia Azcárate ', présente un recueil de cinquante-cinq œuvres - trente-sept par Azcárate et dix-huit par Esteban Vicente- qui, non parce qu'elles sont interdépendantes et basées sur une réinterprétation, perdent leur originalité.

Dans un premier espace dédié à la peinture, dans lequel les petites couches qui créent la composition des œuvres de Patricia Azcárate rappellent, à la manière de Vicente, la lumière, la couleur et la liberté, le monde microscopique, le monde aquatique et le Les légumes cèdent et jouent dans un espace décrit par Ana Doldán comme «rêveur», avant que le spectateur n'entre dans l'isolement de l'installation «Habitar la luz». Ceci, qui de l'avis du directeur du musée et conservateur de l'exposition est «peut-être l'œuvre la plus suggestive et la plus suggestive de l'exposition pour tout ce qui y est caché», a le son du compositeur Ramón González-Arroyo comme allié , à travers la pièce musicale «Toiles en lumière», configurant, avec douze toiles peintes par Azcárate, la scénographie particulière de l'installation.

Enfin, l'exposition, qui peut être visitée gratuitement jusqu'au 31 janvier 2021 suite à des mesures de sécurité sanitaire, présente un espace dédié à une série d'improvisations graphiques au fusain qui dialoguent avec les dessins en noir et blanc de Esteban Vicente fabriqué dans les années soixante-dix.

Pour Miguel Ángel de Vicente, qui a rappelé lors de la conférence de presse de présentation qu'il y a eu de nombreuses occasions où le Musée a montré le travail d'Esteban Vicente en dialogue avec celui d'autres artistes, mais jamais avec un artiste actuel, en entier stade de maturité et également liées à notre environnement, «les propositions de ce type favorisent de nouvelles lectures nécessaires à l'enrichissement des artistes et, en même temps, reflètent le fort soutien du Conseil provincial de la culture et du développement des arts plastiques» .

Musée Esteban Vicente

source: Diputación de Segovia